Créer son entreprise au Maroc

Depuis un moment déjà, j’avais dans l’idée d’écrire un article sur l’investissement au Maroc, pays que je connais bien pour y avoir créé une entreprise il y a déjà un an, et qui regorge d’opportunités: une économie qui décolle, pays francophone, une proximité géographique et historique avec la France, une situation géopolitique stable rassurante pour les affaires.

Des atouts qui en font une destination de choix pour les investisseurs français, d’autant que le royaume a mis en place une politique fiscale des plus attractives notamment en matière d’offshoring (les exemples de délocalisations sont nombreux).

Notons que la France conserve sa place de premier investisseur étranger au Maroc et sa présence dans le pays connaît un fort développement: 750 filiales et participations françaises employant plus de 115000 personnes en 2009.

Le Maroc en chiffres:

  • 32 millions d’habitants
  • Une population urbaine à 55 %
  • Une croissance démographique d’1,8%
  • Un PIB de 780 milliards de DH (70 milliards €)
  • Un PIB par habitant de 23 361 DH (2 100 €)
  • Un taux de croissance de 4,9 % en 2009 et 4% en 2010

Maintenant, hormis le soleil, la mer, des paysages hallucinants et une population accueillante, le Maroc a été pour moi une formidable expérience entrepreneuriale et humaine.

 

I)    Mon expérience au Maroc :

Mon secteur d’activité connait une croissance impressionnante au Maghreb. Notre choix s’est porté sur le Maroc du fait de son fort développement économique dans l’industrie aéronautique et automobile (la faute aux délocalisations dites vous… ?) et la qualité de ses réseaux de transport.

L’objectif était donc créer une structure à Casablanca avec, grosso modo, la même gamme de services qu’en France, relatifs à la maintenance industrielle.

Maintenant, quel a été le développement économique de l’entreprise ?

Celui-ci a été plutôt rapide. J’ai pu me rendre compte qu’il est clairement plus facile d’entreprendre dans un marché où la demande est particulièrement forte et la concurrence faible.
Et ce, malgré des aléas très déstabilisants en début de parcours… Faire du business dans un pays étranger implique de s’adapter aux habitudes (aussi déroutantes soient-elles).

Premier bilan:

  • 165 000 € de chiffre d’affaires
  • 2 techniciens
  • Point mort : 131 000 €
  • Bénéfice : 34 000 €

Le premier bilan est donc positif et la structure va pouvoir rapidement devenir autonome. Ouf !
Quel plaisir que de voir une stratégie de développement conforme à nos attentes !
Nous allons pouvoir nous consacrer bien plus sereinement à la croissance interne et externe de l’entreprise.

Voici donc un premier résumé de mon aventure marocaine :

Points positifs :
·        Bénéfice dès la 1ère année
·        Belle perspective de croissance pour la suite
·        Pays chaleureux, enthousiaste et volontaire
·        Demande de plus en plus forte
·        Main d’œuvre marocaine bon marché et qualifiée
·        Le soleil… 🙂

Points négatifs :
·        Travail non déclaré très (trop) présent
·        Niveau de corruption très élevé
·        Notions légèrement différentes de l’urgence…
·        Lourdeurs administratives
·        Il est parfois très difficile de se faire payer…

Et j’insiste sur ce dernier point car c’est selon moi le seul nuage dans le ciel bleu azur marocain.
Les opportunités sont réelles. Cependant et avant d’entreprendre quoi que ce soit, il est essentiel de se faire accompagner dans le développement de votre entreprise. Surtout dans un pays extra communautaire. Et il va falloir choisir ses clients !  Le danger est de vouloir travailler avec tout le monde. Je ne compte plus le temps perdu à harceler certains clients afin d’obtenir un règlement. Et beaucoup ont échoué au Maroc pour cette raison.
Donc méfiance tout de même…

Maintenant, et plus globalement, le Maroc offre de très belle opportunités. Des français rencontrés là-bas ont réussi de bien belle manière en partant de rien. Et il reste tellement à faire…

II)    Quels sont les secteurs porteurs au Maroc ? 

Voici ci-dessous les principaux domaines d’activité:

  • Offshoring
  • Automobile
  • Aéronautique
  • Electronique
  • Agroalimentaire
  • Produits de la mer
  • Textile
  • Technologies de l’information et de la communication
  • Tourisme

Par ailleurs, d’autres secteurs plus « classiques » connaissent une activité croissante avec une demande toujours plus importante. Je pense à la restauration rapide, le fitness, le bien être, la beauté, mais aussi la téléphonie. Et selon moi, la franchise à toute sa place ici.
J’ajouterai également qu’une importante classe aisée marocaine est en train d’émerger avec des moyens financiers considérables. Investir dans le luxe par exemple offre de belles perspectives …

Pour résumer, voici les raisons d’entreprendre au Maroc :

– proximité géographique
– main-d’œuvre qualifiée à des coûts très compétitifs
– Formation professionnelle de bon niveau
– environnement juridique et fiscal proche de celui de la France
– proximité culturelle et linguistique
– Aide et suivi pour les investisseurs étrangers
– Tout est à faire

Et pour vous, entreprendre au Maroc  serait-il envisageable? le pays vous attire t’il?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *